Fabriquer son tambour de guérison

C’est la satisfaction d’un objet rituel fabriqué par vous-même, donnant plus de sens à votre pratique. L’atelier se déroule sur une matinée. Prendre soin de l’autre avec le tambour c’est aussi prendre le temps : l’après-midi est consacrée à une transmission sur le thème de la spiritualité de la nature, du lieu et du lien. L’atelier se déroule en Dordogne, à 10 min. de Bergerac, à Lamonzie-Montastruc.


L’atelier de fabrication du tambour se déroule sur une matinée. L’objectif : vous rendre autonome dans la mise en œuvre. Ce temps est réduit comparé aux stages souvent proposés sur 2 jours. Comment ? la peau est préparée lors des jours précédent. Après avoir rencontré votre futur tambour, vous finalisez le tressage et réalisez la mise en tension. L’après-midi est consacrée à la relation sensible et spirituelle avec notre environnement. Un cercle de tambour est proposé avec les participants.

Remarque : la plupart des ateliers de fabrication du tambours que vous trouverez lors d’une recherche sur le web se déroulent sur un week-end. Ils coûtent autour de 300 € + les frais d’hébergement. Natusen a fait le choix d’une formule plus économique et plus courte. Si vous souhaitez acheter votre tambour, rendez-vous sur la boutique en ligne.

Le cadre : C’est un dodécagone en bois de pin, fabriqué sur place, de diamètre 40 cm. Il est très léger et c’est en soi un bel objet. Il peut être huilé ou tinté ou rester brut.

La peau : C’est une peau animale naturelle et parcheminée (non tannée). Vous pouvez définir votre choix – chèvre – cerf – cheval – avant votre venue à l’atelier.

Le tressage : Il est réalisé en cordelette de couleur noire – rouge – bleue – blanche… Lors de l’atelier, un tressage qualitatif et simple vous sera présenté.

Développer sa connaissance ! le sujet des pratiques chamaniques est vaste. Les notions incontournables seront abordées ; également quelques notions techniques sur les matériaux utilisés. La pratique du tambour chamanique est une ouverture à la sensibilité, à la créativité et aux dimensions invisibles du monde.

Des ateliers en 2 étapes : l’atelier 1 (matin) permet de réaliser la mise en place du tambour. Plusieurs modèles de tressage sont présentés. L’atelier 2 a lieu l’après-midi de la même journée. Il permet d’aborder les questions liées au chamanisme et de pratiquer un cercle de tambour.

Les ateliers ont lieu les samedi à Lamonzie-Montastruc en Dordogne et/ou au Cap-Ferret dans un jardin arboré de chênes centenaires et vue sur le bassin d’Arcachon.

Tarifs
1. atelier fabrication du tambour (3h le matin) : 150 € / personne
2. atelier de sensibilisation à l’éco-spiritualité (2h30, l’après-midi) : 29 € / personne
La journée (1+2) = 150 €


Pour réserver un atelier de fabrication du tambour de guérison, nous contacter ou réserver directement en ligne.


Tambour en peau de chèvre – Taille 50 cm

Mon rapport au chamanisme

Je fabrique et anime des ateliers de fabrication du tambour. Cet instrument accompagne celles et ceux qui désirent se connecter à la nature, ouvrir leur cœur, cheminer vers la clarté. Néanmoins je ne suis pas moi-même un chamane et reste prudent quant aux pratiques de relience.

A titre personnel je travaille les sonorités, la méditation sonore, les chants de mantras. Car je ressens la nécessité de l’expression d’une créativité, de la vibration, du partage, en lien avec l’éco-spiritualité.

Je nourris ma connaissance du chamanisme à travers des rencontres, des films, des lectures et de mon rapport avec le monde vivant et minéral qui m’entoure. Honorer le végétal est fondamental ; tout comme observer le monde vivant. Ressentir la globalité de notre monde, préserver et participer au biotope sont des actions de première importance vers lesquelles chacun.e peut s’engager.

Mon vœux serait que la vie sur terre soit respectée comme un espace sacré dont l’humanité prendrait soin. Je prie pour « ramener la Paix dans l’espace sacré afin que le cœur continue de battre et fasse circuler la vie à nouveau » (extrait du livre Mère, de Laurent Huguelit).


Question de végan

L’aspiration à la Paix peut sembler paradoxale avec la fabrication du tambour en peau animale. C’est une question importante : « Est-il possible de d’ôter la vie en respectant la vie ? » A cela, je répondrais : « Nos sens ont beaucoup à nous apprendre ». Alors que nous vivons souvent dans un environnement déconnecté du monde naturel, ma proposition est d’apporter à notre « cérébralité » une confrontation « par nos sens » avec l’être animal.

Par notre engagement à faire avec nos mains, tel homo habilis, nous pouvons enrichir nos perceptions… notre réflexion, notre relation au monde.


Page suivante :
> La ruche de biodiverstié