Actualités, plantes arômatiques, plantes médicinales, Plantes sauvages comestibles

Quelques règles : cueillette des plantes sauvages

Fleurs sauvage comestibles de nos jardins

Etre certain de l’identification de la plante.

Eviter de cueillir les plantes :

  • à proximité des routes
  • proches d’usines, de lieux pollués
  • dans des champs cultivés – risques de pesticides
  • dont l’aspect évoque une maladie de la plante

S’informer sur les plantes et lieux protégés de votre région.

Privilégier les plantes abondantes et communes.

Ne pas prendre plus que son besoin : engagez-vous à manger 100% de votre cueillette. Prélever uniquement la partie de la plante nécessaire à la consommation. Toujours laisser au moins les deux tiers des plantes de la zone de cueillette pour laisser les plantes se reproduire, afin de ne pas compromettre l’équilibre de l’écosystème.

Avant les tondeuses, après les élagages…

Essayer de d’anticiper le passage des tondeuses à gazon. Penser à passer après les élagueurs pour récupérer ce qui peut l’être avant de passer à la broyeuse.

Nettoyer les plantes avant la consommation

Quelques parasites dont il faut se méfier : l’échinocoque et la douve du foie, ainsi que certaines bactéries. Le nettoyage est donc nécessaire. Mais trop de lavage, de trempage, de produits désinfectants vont altérer les plantes tout juste cueillies. Un juste milieux est à trouver entre nécessité de sécurité sanitaire, plaisir organoleptique, et bienfaits des vitamines et minéraux des plantes sauvages.

  • Nettoyage le plus doux et le moins gênant pour le goût : le jus de citron.
  • Nettoyage classique au vinaigre blanc dilué au 1/9ème par trempage puis rinçage à l’eau.
  • Possible d’ajouter au vinaigre blanc ou jus de citron, une huile essentielle anti-bactérienne à usage alimentaire. Par exemple, faire tremper pendant 5 minutes les plantes dans de l’eau dans un saladier avec 10 gouttes d’huiles essentielles.
  • Je recommande l’huile essentielle de Citron zest pour une raison de moindre emprunte écologique. L’huile essentielles de Clou de girofle est également un bon compromis.
  • Sans produits désinfectants, l’autre solution consiste à faire cuire vos plantes à 60° pendant 10 minutes au moins.
Panier de fleurs comestibles : quelle désinfection avant consommation ?

Ne jettez pas les huiles essentielles dans l’eau du bain !

Pour l’eau trempage et la désinfection des plantes sauvages fraîchement cueillies, plusieurs huiles essentielles sont possibles : Origan compact, Tea Tree, Thym à sarriette, Girofle, Citron zest. 10 gouttes que l’on va utiliser pendant 5 minutes puis jeter dans les canalisations. Est-ce bien raisonnable ?

  • Pour l’origan il faut 10 kg de plantes fraîches pour obtenir 10 à 20 ml d’huile essentielle.
  • Pour la sarriette des montagnes : 10 kg pour obtenir +- 40 ml d’huile essentielle
  • Pour le Tea Tree : 10 kg (feuille et tige) pour obtenir +- 150 ml
  • Pour le clou de girofle (fleur séchée) : 10 kg permet d’obtenir +- 1,5 litres
  • Pour le citron zest : 30 citrons permettent d’obtenir 10 ml d’huile essentielle

Clou de Girofle, Tea tree ou Citron zest ?

Le Citron zest est un agrume; La fabrication de son huile essentielle diffère des autres plantes : elle se fait par pression du zest. Ni chauffage, ni distillation sont nécessaires. Le procédé de production est donc simplement mécanique. Enfin le citron est largement produit pour son jus. L’utilisation du zest est donc une optimisation de la transformation du fruit récolté.

Pour toutes les autres huiles essentielles non-agrumes : la fabrication passe par une procédé de distillation, donc de chauffage à la vapeur pendant plusieurs heures. Plus de temps, plus d’énergie, davantage de plante fraîche sont nécessaires. Sans parler du transport : le Tea tree vient d’Australie.

Comment ne pas abuser des huiles essentielles ?

C’est simple : chaque année, faites votre petit potager d’aromatiques, à la maison, même dans votre appartement. Semez, repiquez, arrosez, prenez soin de vos plantes au quotidien. Faites pousser votre thym, votre origan, romarin, clou de girofle etc… Vous aurez ensuite beaucoup plus attentif aux risques de gaspillage.

Semis pour le potager aromatique à la maison : sarriette, origan, estragon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s